La Forteresse Europe : la directive n° 40 du 23 mars 1942

Dès 1941, l'Organisation Todt fortifia les grands ports pour les transformer en forteresse et les protéger contre toute tentative d'offensive. L'Organisation Todt devait également faire en sorte qu'ils abritent, pour la façade Atlantique, 5 bases sous-marines sous abris ultra renforcés. Les ports restants devaient abriter d'autres navires de la Kriegsmarine.
Le 23 mars 1942 allait marquer un moment décisif dans la génèse du futur Mur de l'Atlantique. En effet, Hitler pose alors les grandes lignes de ce qui allait devenir l'Atlantikwall.
En voici quelques points qui lmaisse apparaître que :
Les côtes européennes sont désormais exposées dans l'avenir, à une menace hostile de débarquement ultra sensible.
La défense des côtes exige une coopération particulièrement étroite et complète des diverses forces armées.
L'ennemi débarqué devra être détruit par une contre-attaque immédiate et rejeté à la mer.
Les zones fortifiées et points d'appui devront être capables par leur organisation armée, leurs défenses ainsi que par leurs réserves en vivres et munitions de tenir longtemps même face à un ennemi largement supérieur en nombre.
Les zones fortifiées et points d'appui devront être défendus jusqu'à l'extrême. Il est exclu que les secteurs défensifs doivent se rendre par manque de munitions, de nourriture ou d'eau.
Le développement et la fourniture des installations défensives (armes, mines, grenades, mitrailleuses, lance-flammes, matériaux d'obstacles, etc.) doivent édifier un véritable mur de feu.
Les différentes forces armées sont tenues face à toute attaque sur les côtes de se plier aux exigences de leur commandant responsable dans le cadre de leurs possibilités tactiques...

Les directives d'Adolf Hitler pour le Mur de l'Atlantique

Adolf Hitler définit les zones à fortifier suivant l'ordre de priorité suivant :
Les bases-sous-marines ; les grands ports (indispensables pour toute logistique de débarquement) ; les zones particulièrement propres à toute opération de débarquement (estuaire, rade, etc) ; les îles ; les plages sablonneuses.

Ses directives peuvent être ainsi résumées :

  1. Réaliser une ligne de feu continue et située sur les côtes mêmes.
  2. Protéger au maximum les matériels et les hommes des bombardements par des abris bétonnés.
  3. Déploiement du maximum de pièces d'artillerie, de tous calibres et de tous pays qui devront être protéger par des casemates de béton.
  4. Aménager les batteries afin qu'elles puissent soutenir un siège de 60 jours.
  5. Multiplier les obstructions côtières en utilisant les éléments naturels.
  6. Installer des moyens de détection et d'observation (radars, etc.).
  7. Accorder une large place aux moyens de défenses anti-aérienne pour protéger les sites.
  8. Installer un système défensif en profondeur, c'est-à-dire à l'intérieur des terres.
  9. Imaginer des camouflages propres à compliquer l'identification des ouvrages par les renseignements ennemis.