L'ingénieur Fritz Todt

Fritz Todt, ingénieur allemand, fut une figure majeure du nazisme.
Né à Pforzheim en Allemagne le 4 septembre 1891, il est le fils d'un propriétaire d'usine. Il a étudié la Technologie à Karlsruhe et a fait ses études supérieures techniques à Munich. Il a participé à la Première Guerre Mondiale dans l'Infanterie et plus tard dans l'Armée de l'Air. A la tête d'une escadrille de chasse, il sera blessé au combat et sera décoré de la Croix de Fer. Après 1918, il termina ses études et entra bientôt dans une entreprise de Génie Civil du nom de Sager et Woerner, entreprise spécialisée dans les routes et tunnels.
Il adhéra au NSDAP (Die NationalSozialistische Deutsche ArbeiterPartei) en 1922 et gagna très vite la confiance d'Hitler. Il est fait Oberführer dans la SA (Sturmabteilung) en 1931 et parachève à la même époque son Doctorat sur le thème "Inconvénients d'utilisation du goudron et de l'asphalte pour la construction des routes".
1933, Adolf Hitler accède au pouvoir comme Chancelier. Le 30 juin 1933, il confie au Dr. Todt une mission de toute première importance à ses yeux : créer le réseau d'autoroutes du Reich (Reichsautobahnen). Hitler dira rapidement qu'il trouva dans le Dr. Todt un homme capable de transformer une intention théorique en réalité pratique. C'est dire en quelle estime il le tenait. Fritz Todt fut nommé, la même année, Inspecteur-Général du réseau routier allemand (Generalinspektor für das deutsche Straßenwesen).
Il devient ensuite Directeur du Bureau Central pour la Technique au sein de la Direction du NSDAP pour le Reich (Leiter des Hauptamts für Technik in der Reichsleitung der NSDAP). Il devient également plénipotentiaire du Règlement pour l'Industrie du Bâtiment (Generalbevollmächtigter für die Regelung der Bauwirtschaft). Fritz Todt contrôle désormais une branche d'industrie hautement stratégique pour le Reich du Chancelier Hitler.
En 1938, Hitler demande à Fritz Todt de finir le Westwall, c'est-à-dire la Ligne Siegfried, au plus tôt compte tenu de ses ambitions dans les Sudètes. Fritz Todt fonde alors, la même année, l'Organisation qui porta son nom, laquelle fut désignée par l'abréviation courante "La Todt". L'Organisation fait collaborer des entreprises étatiques, privées ainsi que le Ministère du Travail. Aux commandes de son Organisation, le chantier du Westwall permettra à l'ingénieur Todt de mettre au point ses règles ou plans de constructions militaires afin d'uniformiser les ouvrages de défenses, d'en permettre la pré-fabrication et de rationnaliser le système de production.
En 1940, la victoire, en Norvège et à l'Ouest, impose de nouvelles tâches. Fritz Todt est alors nommé Ministre du Reich pour l'Armement et les Munitions (Reichsminister für Bewaffnung und Munition). Hitler prit cette décision car il voyait dans le Dr. Todt non seulement le plus fameux organisateur que l'Allemagne, que le peuple allemand ait jamais produit, mais encore le meilleur ingénieur de tous les temps.
Dans les faits, le Dr. Todt contrôle les opérations de l'Organisation dans tout l'Ouest occupé.
Après l’invasion de l’Union soviétique, il est également chargé par Hitler de la restauration des infrastructures à l'Est.
En 1941, il sera également fait Inspecteur-Général de l'Eau et de l'Energie (Generalinspektor für Wasser und Energie). Le Front Est et l'entrée en guerre des Etats-Unis pousseront Hitler à accéler l'édification sur plus de 4 000 km du fameux Mur de l'Atlantique. Ainsi, après être intervenu pour transformer, d'une part, les grands ports en Forteresse avec sur l'Atlantique des bases sûres pour ses flottes d'U-boot, et d'autre part, après avoir construit dans le Pas-de-Calais les batteries lourdes prévues initialement pour appuyer l'invasion de l'Angleterre au cours de l'Opération Seelöwe, l'ingénieur Todt du mettre en oeuvre tous les rouages de son Organisation pour relever le défi le plus colossal qui lui fut jamais posé.
De retour d'une inspection sur le Front Est il réclamera d'avantage de moyens à Hitler. Il affichera clairement ses divergences de vues avec lui quant à la poursuite de la guerre sur ce Front si les conditions actuelles devaient perdurer.
Il mourra en 1942, au retour d'une réunion avec Hitler, dans un accident d'avion.
Après la mort du Dr. Todt, l'Organisation passa sous le contrôle d'Albert Speer.

Structure de l'Organisation Todt

Le Dr. Fritz Todt, lorsqu'il créea l'Organisation portant son nom, s'organisa en véritable Etat dans l'Etat. Ne constituant pas un Ministère à part entière, l'Organisation Todt possède néanmoins une autorité quasi suprême. Le Dr. Fritz Todt ne rend de comptes qu'à Hitler et ce directement. Chargé par le Chancelier du Reich d'accomplir des tâches différentes au fil des ans mais toutes d'importance stratégiques et vitales, il dispose d'un pouvoir de réquisition dans le domaine des travaux publics. Autrement dit, il contrôle totalement la branche des professionnels du bâtiment. Il s'agit bien là d'une Organisation disposant d'un statut tout particulier, à l'instar de la SS, par exemple.
L'Organisation Todt même si elle est rattachée au Ministère pour l'Armement et les Munitions, demeure une entité spéciale douée d'une réelle et rès grande autonomie. Cette Organisation cultive le paradoxe. Entreprise civile, elle n'en est pas moins une organisation paramilitaire avec grades, uniformes et entraînement. Mise au service de la Wehrmacht dès la Campagne de France, elle ne sera jamais subordonnée à son Haut Commandement. Intégrée à un Ministère, elle conservera toute sa spécificité puisqu'elle servira justement d'intermédiaire avec les entreprises privés de travaux publics...
On trouve au sommet de l'OT, le Dr. Fritz Todt (et plus tard Albert Speer) avec une direction centrale sise à Berlin : c'est l'OT-Zentrale avec Xavier Dorsh (un autre proche de Hitler) aux commandes. Puis vient, pour le Front Ouest, le commandement général installé à Paris. Cet Etat-Major est dirigé par Weis directement subordonné à Dorsh. Il s'agit de l'EG West (Groupe d'Intervention Ouest).
Pour édifier le Mur de l'Atlantique, l'EG West de l'OT subdivisait le littoral en Directions supérieures de construction c'est-à-dire en OBL pour Oberbauleitungen. Les OBL étaient elles-mêmes formées de Bauleitungen ou Directions de constructions, elles-mêmes constituées de Chantiers (Bauleitungen).
Les hommes de l'Organisation prêtent serment directement à Hitler de la même manière que les soldats de la Wehrmacht. Dès 1940, ils portent l'uniforme couleur brune, et au bras gauche de la vareuse le brassard à croix gammée du parti nazi avec au-dessus un autre brassard portant l'inscription "Org. Todt". Des insignes propres à la Todt sont constitués. Son personnel cadre de constructeurs-soldats est armé et possède un livret assez semblable à celui des soldtas de la Wehrmacht.
L'OT dispose à sa tête de grandes directions : direction technique, direction administrative, direction pour les matières premières et direction des transports.
On trouve plusieurs niveaux hiérarchiques avec chacun plusieurs grades : travailleur, sous-chef, chef subalterne, chef supérieur, chef d'unité, chef de groupe d'unités.
L'Organisation Todt compte différents corps : Direction ; Administration ; Construction ; Santé ; Transmission ; Transport ; Propagande ; Renseignements ; Bureau de liaison avec la SS... L'OT possède également ses propres unités de protection : les Schutzkommandos, commandos de protection.

Les méthodes de travail de l'Organisation Todt

Le rôle de l'Organisation Todt, définie comme entité civile, est de jouer pour le Reich le rôle de Maître d'Oeuvre en organisant, planifiant et controlant ses grands travaux. L'OT avait pour mission de passer des contrats avec les entreprises du bâtiment compétentes, de les approvisionner en matériaux, de leur fournir la main d'oeuvre et de veiller à la bonne tenue du cahier des charges. Toute la logistique incombait à l'OT, du transport au ravitaillement en passant par la gestion des personnels.
Dès la Campagne de France, l'Organisation Todt fut mise à la disposition de la Wehrmacht pour participer aux travaux prioritaires de remise en état des territoires occupés. Puis viendront les grands travaux consacrés à la construction de batteries côtières lourdes dans le Pas de Calais ; ceux liés à la transformation des grands ports en Forteresses ainsi qu'à la construction des bases atlantiques pour les flotilles de sous-marins. Début 1942, la colossale tâche de défense du Front Ouset revient bien naturellement à l'OT qui doit sur 4 000 km réaliser une ligne continue de défense, le désormais fameux Mur de l'Atlantique. Mais l'Organisation sera également engagé sur le Front Est puis sur la Ruhr et en Allemagne pour tenter de parer à l'intensification des bombardements des Alliés. On retrouvera encore l'Organisation du Dr. Todt pour les travaux des camps de concentration et elle sera encore requise pour les grands chantiers relevant des armes secrètes du Reich. On la rencontrera encore à l'oeuvre en Méditerrannée pour le Sudwall notamment et aussi en Italie jusqu'à la Norvège... L'Organisatioon fut présente sur absolument tous les fronts.
C'est dire si son besoin en main d'oeuvre fut dévorant !
Comment fit-elle face à de tels besoins en main d'oeuvre ? Pour résumé, plus le temps passa et plus elle fit appel au travail forcé car il est bien évident que les engagés volontaires furent très rapidement insuffisants. L'OT avait même comme prérogative le pouvoir de réquisitionner des entreprises privées pour faire face à ses besoins.
La France du Gouvernement de Pétain répondra diligemment à l'Organisation Todt en livrant tout d'abord des républicains espagnols réfugiés en France. Puis suivront des étrangers, des juifs et des droits communs... Mail il ne faut pas oublier la Relève et plus tard le Service du Travail Obligatoire qui tenteront de satisfaire par leurs quotas à la boulimie toujours plus grande de l'Organisation Todt. De surcroit, même si au départ les campagnes alléchantes de recrutement de l'OT furent couronnées de succès notamment pour échapper au départ et au travail forcé en Allemagne, les désertions se feront de plus en plus nombreuses plus le temps passera. A tel point que bien vite il sera fait appel aux travailleurs étrangers contraints pour tenter de répondre aux besoins inouïs en main d'oeuvre de l'OT qui en 1944, rappelons le, utilisait environ 1 500 000 hommes toutes catégories confondues.
Les conditions de vie des travailleurs de l'Organisation Todt étaient d'autant plus impitoyables que leur "statut" les assimilait aux travailleurs forcés.